Elections CROUS 2008: le programme de l'UNeF

Publié le par unef

L’UNEF a organisé samedi 1er mars les « Etats Généraux contre la précarité étudiante » qui ont rassemblé 350 participants étudiants afin d’établir un diagnostic de la situation sociale des étudiants, de dresser un état des lieux des politiques du gouvernement en la matière, et de rendre public leur programme électoral:

Pouvoir d’achat en baisse, précarité étudiante en hausse

Les participants ont dressé le constat d’une précarité croissante chez les étudiants, dont le pouvoir d’achat est en chute libre depuis 6 années consécutives. Les étudiants subissent aujourd’hui de plein fouet l’augmentation des prix, et sont particulièrement touchés par l’escalade des loyers privés. En outre, ils subissent le contrecoup de mesures gouvernementales en direction de l’ensemble de la population (franchises médicales…) ou de mesures spécifiques telles que l’augmentation du ticket restaurant universitaire (+de 15% depuis 2001) ou l’augmentation des droits d’inscription (+22% en Licence et + 60% en Master depuis 2001). Aucune réponse n’a été apportée à cette situation. Pire, sous couvert d’ajustements techniques, le gouvernement va baisser les bourses de plusieurs milliers d’étudiants.
La baisse du pouvoir d’achat des étudiants se traduit à la fois par une dégradation des conditions de vie, par une augmentation de l’échec et par le renoncement aux études : chaque année un étudiant sur quatre abandonne pour des raisons financières.


Salariat étudiant : « Travailler plus…pour réussir moins ? »
Le slogan de la campagne de l’UNEF reflète une triste réalité : un étudiant sur deux cumule emploi salarié et études. Véritable obstacle à la réussite et premier facteur d’inégalité, le salariat étudiant augmente de 40% le taux d’échec des étudiants concernés et constitue la première cause d’absentéisme en cours et aux examens. De plus le salariat étudiant est incompatible avec l’augmentation du nombre d’heures de cours ou avec les améliorations pédagogiques indispensables à la réussite des étudiants.
Pour démocratiser l’université il ne faut pas « libérer » le travail étudiant, comme le propose le gouvernement, mais bien y mettre un terme afin de permettre à chacun d’étudier quelque soit sa situation sociale et familiale d’origine.
 


Un statut social et une allocation autonomie pour sortir les étudiants de la précarité

A l’occasion de ce scrutin, l’UNEF réclame donc la mise en place d’un véritable statut social qui permette à chaque étudiant de faire ses choix de vie et d’étude. Ce statut social doit prévoir

¤ Une allocation d’autonomie
¤ Un droit au logement indépendant
¤ L’égalité des droits entre étudiants français et étudiants étrangers 
¤ Un droit à l’insertion professionnelle pour tous par la mise e place d’une aide à la recherche du premier emploi
¤ Le renforcement du service public des CROUS

Défiscalisation du travail étudiant, réforme des bourses concernant moins de 10% des étudiants et qui baisse le montant des aides pour certains d’entre eux : le gouvernement n’a toujours pas pris en compte dans ses politiques le vécu d’une précarité croissante qui est au cœur du malaise des jeunes. La bataille pour la réussite des étudiants ne sera efficace que si elle s’accompagne d’un véritable volet social en direction des étudiants.

Publié dans campagnes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article